*

Agriculture durable

 

Elle est une source d’inspiration depuis longtemps. Comme mon grand-père, j’ai toujours eu ce désir de connaître et de comprendre pour mieux avancer. Au début des années 1990, j’ai commencé à suivre des formations sur l’agronomie, notamment sur l’étude des sols et la biodynamie. Elles furent comme des portes ouvertes sur la viticulture et la vinifcation. J’ai compris que dans mon métier, chaque détail compte et que derrière il y a un geste précis à maîtriser. Même si mon domaine ne s’inscrit pas complètement dans une démarche agrobiologique, conserver le subtil équilibre entre la vigne, son sol et son environnement est une motivation quotidienne.

 

*

Carnets

 

Après la Grande Guerre, mon grand-père n’a pas eu d’autre choix que de travailler. Autodidacte, il a beaucoup lu car il avait soif de comprendre au mieux la vigne et le vin. Il consignait dans des cahiers notes et observations, il était féru de chimie organique, il développait des mécanismes de fermentations incroyables pour l’époque. À la lecture de ces cahiers, j’ai compris à quel point il était perfectionniste et ce que je lui devais.

 

*

Choix

 

En 2012, suite à des accidents climatiques, le millésime n’était pas porteur. Aucune de mes trois cuvées parcellaires de Moulin-à-Vent ne m’emballait. J’ai fait un assemblage des trois et j’ai trouvé l’équilibre que je recherchais. Alors j’ai décidé de ne faire qu’un seul vin cette année-là. S’il le fallait, je n’hésiterai pas à refaire ce choix.

*

Cru

 

Historiquement, le domaine est installé au cœur du Moulin-à-Vent. Ce cru reste l’exclusivité du domaine, je n’imagine pas vinifier des raisins en Moulin-à-Vent qui ne viendraient pas de mes propres vignes. Chénas et Brouilly, les deux autres crus Paul Janin & Fils, sont complémentaires du Moulin-à-Vent. Ce qui comptait pour moi, c’était de proposer des crus au style tranché sans comparaison possible.

 

*

Grêle

 

En 2016, elle a touché le domaine à 80 %. En 2017, à 80 %Voir le travail d’une année anéanti en quelques minutes, il y avait de quoi baisser les bras. Mais c’était mal nous connaître, Valérie et moi. Nous allions poursuivre notre travail sur le domaine. Mais je vais devenir artisan-négociant comme je suis artisan-vigneron. Il n’y a ni rupture, ni renoncement, juste un autre chapitre de notre histoire qui commence.

*

Massale

 

J’ai la chance d’avoir aujourd’hui beaucoup de vieilles vignes. Les garder le plus longtemps possible est au cœur de mes préoccupations tout en anticipant pour l’avenir. Plantations nouvelles ou complantations, j’ai fait le choix de la sélection massale. C’est un choix qui implique des changements techniques radicaux que je suis prêt à faire.

 

*

Mûr

 

J’ai toujours vu mon grand-père et mon père vendanger les derniers ou presque. Je leur reste fidèle car je pense comme eux que pour faire des vins frais et gourmands, il faut qu’ils aient de « l’épaisseur » avec des tanins denses. Tout se joue dans les derniers jours pour qui sait attendre.

*

Pauvre

 

Les sols du beaujolais sont des sols pauvres. Cela m’oblige à réfléchir pour ne pas aller au-delà de leur potentiel et savoir de quoi ils ont exactement besoin en apports organiques sans les brusquer ni les saturer.

 

Élémenterre Beaujolais  •  Un siècle d’histoire familiale

Moteurs  •  Les vins  •  Contact

 

 

Domaine Paul Janin & Fils

651 rue de la Chanillière

71570 Romanèche-Thorins

 

03 85 35 52 80

contact@domaine-paul-janin.fr

 

Dégustation sur rendez-vous du lundi au samedi

de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h.

 

L’abus d’alcool nuit à la santé.

À consommer avec modération.

 

Crédits – Mentions légales

 

Élémenterre Beaujolais

Un siècle d’histoire familiale

Moteurs

Les vins

Contact

 

 

Domaine Paul Janin & Fils

651 rue de la Chanillière

71570 Romanèche-Thorins

 

03 85 35 52 80

contact@domaine-paul-janin.fr

 

Dégustation sur rendez-vous du lundi au samedi

de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h.

 

L’abus d’alcool nuit à la santé.

À consommer avec modération.

 

Crédits – Mentions légales